PRÉSENTATION DE LA CULTURE OCCITANE

A la veille de la première guerre mondiale, si toutefois l’occitan demeure la langue parlée par la majorité de la population périgourdine, la corrélation de divers facteurs comme la désuétude de cette langue à l’écrit, l’uniformisation des modes de vie au lendemain du second conflit mondial et l’apparition de la télévision dans les années soixante, entraîne peu à peu l’extinction de la culture occitane. Seule l’Ecole félibréenne du Périgord, « Lo Bornat », avec sa revue « Lo Bornat » mène alors une action pour la défense de la langue occitane et de ses traditions et ce à travers les manifestations annuelles de la Félibrée.

En réaction à cet abandon par les Périgourdins de toute leur culture ancestrale, se crée en 1969 l’Institut d’Etudes Occitanes (I.E.O) , avec sa section en Dordogne « Novelum », qui édite une revue « Paraulas de Novelum ». Une autre revue en occitan « Lo Leberaubre » existe depuis 1975, qui contribue à prôner la littérature occitane. Ces deux courants, le félibréen et celui de l’occitaniste décident de travailler en collaboration dans le cadre du Comité du Périgord pour la langue occitane (C.P.L.O)

Aujourd’hui, la lutte pour la survie et la défense de l’Occitanie est étroitement liée au monde scolaire, aux mouvements associatifs , et également à des écrivains, poètes, traducteurs, linguistes, historiens, musiciens et à de nombreux périgourdins attachés à la culture de leur cher Périgord.

Michel Chadeuil (Agonac 1947), romancier, " La Segonda luna ", auteur de nouvelles fantastiques, il est également poète, " Lo cor e las dents ", chansonnier et conteur. Son œuvre touche aux sujets les plus divers comme la mimologie, l'alimentation traditionnelle……

Jean Ganhaire (Bourdeilles 1941), médecin à Bourdeilles, prosateur de qualité, il a déjà publié un recueil de nouvelles " Lo Reirlutz " (Le Côté de l'ombre) en 1979, suivi d'un roman, " Lo Darrier daus Lobaterras " (Le Dernier des Loubaterre) en 1987 et un roman parodique de cape et d'épée, " Lo Vent dins las plumas " en 1992.

Bernard Lesfargues (Bergerac 1924), professeur d'université à Lyon, adhérant de la première heure à l'Institut d'Etudes Occitanes, resté fidèle à ses racines bergeracoises, il est l'auteur d'une anthologie des poètes occitans " Florilège des Poètes occitans du Bergeracois " et de recueils de poèmes en occitan. Retiré à Eglise-Neuve-d'Issac, il a crée lesEditions Fédérop en 1975.

Jean Monestier (1930-1942), auteur de travaux divers sur l'histoire de la littérature occitane et de contes, " Contes del Cassagraula ". Président du Bournat et majoral du félibrige, il fut un animateur infatigable de la défense de l'Occitanie en Périgord.

Jean Roux (Ribérac 1930), professeur de lettres classiques, il est membre fondateur de l'Institut d'Etudes Occitanes, spécialiste des troubadours et du langage juridique et administratif du Moyen-Age, il a publié sur la géographie linguistique du Périgord, mais également des contes populaires du Périgord.

Stéphane VIROL